Mentions légales

November 21, 2016

November 19, 2016

November 18, 2016

November 15, 2016

September 29, 2016

September 15, 2016

Please reload

Posts Récents

Ils jouaient du capot debout

September 16, 2016

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Solène COLAS, en avance sur ses temps

April 19, 2016

Solène. C'est grâce à elle si j'ai commencé à coacher des entrepreneur(e)s.

 

Un jour Solène m'appelle et me dit : "J'ai besoin d'être accompagnée. Par un coach. Et ce coach, c'est toi."

J'ai dû laisser un gros blanc.

"Mais je ne suis pas coach !?

_ Je sais. Mais c'est toi que je veux. Je te suis depuis des années dans tes aventures. J'ai vu tout ce que tu as entrepris. J'ai admiré ton parcours. J'ai compris que tu avais aussi chuté. Tu as vécu ce qui va te permettre de m'aider. J'ai des décisions importantes à prendre."

Alors j'ai accepté. Ça a aidé Solène. Et ça a été un tel kiff !!!

Solène, c'est une vraie belle personne, riche de sa curiosité pour les autres et pour le monde. Une personnalité Haute Densité aux reflets fragiles, qui transcende sa réserve naturelle dans la passion de l'expérience qu'elle offre au quotidien à ses clients. Une jeune femme persévérante, amoureuse de son époque tout en assumant des ancrages dans de multiples temporalités. Une entrepreneure innovante, dont l'ascension tient dans sa capacité nouvelle à faire confiance aux hasards, à écouter son intuition : car c'est l'intuition qui ouvre les portes de l'innovation, en accélérant le moment où on s'autorise à réfléchir autrement.

Youhouuuuu, teasing !!!

Bonne nouvelle, c'est à vous de la découvrir, RIGHT NOW :-)

 

INTERVIEW

 

Bonjour Solène ! Avant de commencer, je voudrais que tu choisisses une musique, ou plusieurs, ainsi qu’un lieu, réel ou imaginaire, qui vont nous servir de décor pour cette interview :­) ­ Pourquoi ces choix?

 

Bonjour Cécile ! Alors, pour le lieu, je choisis un lieu récemment visité qui m’a beaucoup plu : Amazonia, au Panorama XXL de Rouen, une tour panoramique où la forêt amazonienne est reproduite en photo en taille réelle, un voyage magique ! Pourquoi ? parce que sortir de Paris, ça fait pas de mal pour une fois !! ^^

 

Pour la musique, je choisis une musique publicitaire (Stabilo) que j’écoute souvent en allant travailler parce que ça met de bonne humeur ! Et aussi une autre qui donne la pêche : Lean on de Major Lazer, juste pour le fun.

 

 

Ok donc on plante le décor et on met la musique ! ­ Avant de parler de ton métier, j’aimerais que tu nous en dises davantage sur qui tu es, comment tu te vois, qu’est-­ce qui te caractérise ?

 

Je suis un électron libre de 34 ans, née à Orléans et ayant grandi dans la région de Grenoble. Depuis toute petite, je déteste faire comme tout le monde (j’ai un fort caractère, paraît-­il...) alors je prends toujours des chemins de traverse pour aller là où j’ai envie (par exemple, après un sport étude natation qui m’a appris la ténacité, j’ai choisi d’étudier le chinois puis le japonais, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !). Je suis très exigeante avec les autres mais d’abord avec moi­-même, j’ai du mal à supporter l’imperfection, et les contraintes ! (mais je vous rassure, on dit aussi de moi que je suis souriante et drôle !). Je suis sociable, fidèle à tout point de vue et respectueuse des autres, mais aussi parfois très solitaire.

 

 

Qu’est­-ce que tu aimes ? Qu’est­-ce que tu aimes faire, voir, entendre... ?

 

J’aime ma liberté (de penser, de parler, d’entreprendre) et j'adore profiter des petits plaisirs de la vie ! J’aime Paris et le reste aussi :­) J’adore par dessus tout voyager, même si mon statut de jeune entrepreneure me le permet moins depuis deux ans.
J’aime chiner dans les brocantes et vide-greniers et prendre des belles photos que je partage sur les réseaux sociaux. J’aime l’entraide et la fraternité entre les peuples, surtout avec les événements du moment.

 

 

Qui tu aimes rencontrer ? Quelles personnalités t’interpellent ou t’ont marquée ?

 

J’aime les sportifs et les entrepreneurs, ceux qui arrivent à se dépasser pour arriver à leurs objectifs. Parmi ceux qui m’inspirent, il y a Xavier Niel par exemple (que j’ai aperçu d’ailleurs l’an dernier en vacances en Italie), pour tout ce qu’il crée et l’énergie qu’il met à encourager les jeunes ! Je pense aussi très souvent à la nageuse Camille Muffat, championne olympique qui a perdu la vie l’an dernier, et ce, hasard du calendrier, le jour de mon anniversaire...

 

 

Est­-ce que tu peux nous en dire davantage sur ton amour des voyages ?

 

Je ne suis pas née dans une famille qui voyage beaucoup et la première fois que j’ai pris l’avion, j’avais 20 ans ! Autant vous dire que j’en ai eu des choses à rattraper... J’ai eu la chance de vivre et étudier à l’étranger et de découvrir de nombreux pays (Japon où j’ai vécu, Chine, Birmanie, Thaïlande, Burkina Faso, Italie, Estonie, Irlande, etc. etc.). J’adore l’Asie et l’Italie, et mes plus beaux souvenirs sont ceux ramenés de mes voyages. Chose étrange, moi qui suis de nature craintive, j’ai beaucoup moins peur lors de mes voyages que quand je suis en France.

 

 

Quels liens entretiens­-tu particulièrement avec Paris ? Et avec le Japon ?

 

Je suis arrivée un peu par hasard à Paris en 2009 car j’étais à l’époque au chômage et mon amoureux y a trouvé du travail avant moi. Et dire que ça fait déjà 7 ans, et j’ai l’impression de ne connaître que 10% de la région. Au début, je ne connaissais strictement rien à part le Louvre, le Sacré Coeur et la Tour Eiffel. Je n’y avais que peu de connaissances. J’ai aujourd’hui fait de Paris mon terrain de jeu et mon lieu de travail !

 

 

Concernant le Japon, j’y suis arrivée un peu par hasard... Après avoir étudié le chinois au lycée, j’ai décidé de bifurquer vers le Japonais à l’entrée en fac dans les années 2000, sans connaître ni la culture, ni la langue. Je n’ai jamais rompu le lien depuis, j’y ai vécu deux ans et j'ai toujours travaillé sur des projets franco-­japonais.

 

Avec le temps, je m'aperçois que je suis en fait très japonaise dans ma manière d'être (respectueuse voire disciplinée, polie et parfois un peu sur la réserve). 

 

Quel est ton métier ? Comment en es-­tu arrivée à ce métier ?

 

Si je faisais comme tout le monde, je devrais vous dire que je suis “guide-accompagnatrice touristique”, mais bon en fait, c’est pas vraiment ça. Disons que je suis à la fois créatrice d’expériences de voyage : je conçois, organise et guide des activités pour les touristes japonais et anglophones à Paris et en région, et à la fois ce qu’on appelle coordinatrice entre la France et le Japon (je réalise des traductions, de l’interprétariat, aide les entreprises japonaises lors de leur venue à Paris, les entreprises françaises qui souhaitent se développer au Japon, etc.).

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Je fais ce métier en indépendant depuis tout pile 2 ans, après avoir été salariée dans une petite agence réceptive spécialisée dans l’accueil touristique des Japonais et Anglophones à Paris. Après plus de 3 ans passés à un poste alliant la vente, le marketing, la communication et le guidage, j’ai décidé de me lancer pour pouvoir faire les choses à ma manière, et surtout, à mon compte !

 

 

Dans quelle mesure parviens­-tu à prendre du plaisir au quotidien en l’exerçant ?

 

Je n’ai pas une seule fois dans l’année la même journée ! Je fais toujours de nouvelles choses avec des gens nouveaux ! Je fréquente des lieux incroyables avec souvent des conditions privilégiées ! Je rencontre des personnalités variées et attachantes. Comment pourrais-­je ne pas prendre de plaisir dans ces conditions :­)

Mes clients sont adorables et bienveillants, et reviennent même d’une année sur l’autre ! Leur enthousiasme me porte !

 

 

Être entrepreneure, ça signifie quoi pour toi ?

 

Être entrepreneure, ça veut dire d’abord ne pas attendre après les autres,

 

savoir se gérer seule au quotidien, se fixer des objectifs ! Ça veut dire aussi oser réaliser ses envies et croire en ses intuitions, malgré le doute qui ne vous quitte jamais ! Un entrepreneur doit être doté de qualités diverses : courage, volonté, pugnacité, écoute, diplomatie, etc. C’est loin d’être simple tous les jours... Il faut aussi accepter de passer d’un moral très haut à un moral très bas en 10 minutes (en fonction des aléas de l’entreprise), et ce tous les jours de l’année !!

 

 

Quels conseils donnerais-­tu à des entrepreneurs qui démarrent ?

 

Alors là, des conseils, j’en ai plusieurs (même si ça n’est que du bon sens) ! La première des choses, c’est qu’il faut être bien dans ses baskets. Être entrepreneur demande beaucoup d’énergie et de courage et il faut pouvoir être en capacité de traverser l’océan en pleine tempête ! J’ai créé mon premier business à un moment difficile de ma vie et ça n’a pas été concluant... Ensuite, il ne faut pas rester isolé : il faut trouver des alliés pour partager ses moments difficiles (les intéressés se reconnaîtront). Si votre entourage immédiat vous comprend et vous encourage dans votre démarche, c’est déjà un bon point avant de se lancer.

 

Je conseillerais également de choisir un secteur d’activité qui ne vous est pas inconnu : c’est toujours plus facile quand on connait son sujet et qu’on a déjà plusieurs contacts. Partir de zéro seul et sans connaissance, c’est très difficile. A l’inverse, partir de zéro avec un tout petit budget, mais des connaissances, c’est possible, j’ai moi­-même démarré avec une centaine d’euros en poche ! (60 euros pour un site Internet et 40 euros pour des cartes de visite).

 

Ensuite, assurez­-vous aussi de pouvoir supporter les contraintes financières de l’entrepreneuriat. On peut se lancer sans argent, mais il faut tout de même trouver les finances pour payer son loyer ou la banque ! Comptez deux ou trois ans avant de pouvoir être (plus ou moins) serein financièrement. N’ayez pas peur de faire des petits boulots et petites missions pendant votre phase de démarrage, même quelques heures, histoire de vous assurer quelques rentrées d’argent, ça fait du bien à la tête et votre fierté lorsque vous n’aurez plus besoin de faire ces petits boulots n’en sera que décuplée !

 

Enfin, ne laissez pas les autres vous juger !

 

Ignorez ceux qui vous font comprendre qu’entreprendre c’est bien, mais que gagner sa vie, c’est mieux ! Seul un entrepreneur peut comprendre ce qu’un autre entrepreneur vit au quotidien, et personne n’a le droit de vous juger sauf vous-­même !!

 

Je terminerai juste avec ce proverbe chinois qui m’a beaucoup aidée et qui m’aide tous les jours :

 

“Ne vous inquiétez pas d’avancer lentement, inquiétez-­vous seulement si vous êtes arrêté”.

 

En d’autres termes, contentez-vous des petites victoires, voyez le verre à moitié plein et fixez­-vous des objectifs intermédiaires (non, on n’a pas besoin de devenir un géant du CAC pour exister).

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square